Transcript

Economie circulaire : définition & exemples

Bonjour, c’est Alexandre. La vidéo d’aujourd’hui est sur l’économie circulaire. C’est un terme très utilisé depuis quelques années, on m’a demandé plusieurs fois de faire une vidéo dessus, alors la voilà. Je vais expliquer ce qu’on entend par économie circulaire, je vais passer en revue toutes les choses que l’on peut faire pour passer de notre économie actuelle à une économie circulaire et je vais utiliser plein d’exemples. Vous verrez, ce n’est pas seulement une question de recyclage…

Lorsque mon fils avait trois ans et qu’il a demandé à sa maman ce que c’était que cette économie circulaire sur laquelle elle travaillait, voilà ce qu’elle lui a répondu: c’est quand chaque chose est une nourriture saine pour autre chose. Tellement simple hein! En d’autres termes, cela signifie faire fonctionner notre économie comme fonctionne la nature : les plantes utilisent du dioxyde de carbone et des nutriments pour pousser et elle produisent de l’oxygène. Les animaux utilisent l’oxygène et créent du dioxyde de carbone et des nutriments. Rien n’est gaspillé. La boucle est bouclée comme on dit. L’économie circulaire est généralement opposée à l’économie linéaire extraire-fabriquer-jeter que nous pratiquons depuis longtemps maintenant. Certains utilisent également l’expression du berceau au berceau provenant du livre cradle to cradle.

Comme je l’avais expliqué dans ma vidéo sur les trois piliers du développement durable, l’économie fait partie de la société qui fait elle-même partie de l’environnement. Vous pouvez cliquer sur le lien dans le coin en haut à droite pour regarder cette vidéo. Maintenant jetons un oeil à notre économie.

Nous pouvons séparer en deux catégories les choses que nous devons conserver en cycles fermés: les matériels techniques et les matériels biologiques.

Les matériels techniques ont typiquement le cycle de vie suivant : les matières premières sont extraites, le produit est fabriqué, puis il est utilisé jusqu’à la fin de sa vie. Nous avons souvent tendance à penser d’abord à la fin de vie et au recyclage, et c’est vrai que c’est important. Mais pour avoir une économie circulaire, il y a plein d’autres choses que l’on peut faire avant la fin de vie d’un produit. Et cela commence avec l’utilisation de matières premières déjà extraites. Supposons que mon produit utilise du cuivre, il est préférable de s’approvisionner en cuivre qui n’est plus utilisé (que l’on appelle également post-consommation) plutôt que d’en extraire du nouveau. Surtout quand on sait que 1) il est estimé que l’on aura extrait tout le cuivre de la terre aux environs de 2040 et que 2) utiliser du cuivre recyclé utilise environ 10 à 20% seulement de l’énergie nécessaire pour extraire du minerai vierge. Quand je fabrique mon produit, je peux le concevoir pour qu’il soit facile à désassembler et que le cuivre soit facile à extraire et à recycler la prochaine fois. Je peux également le concevoir pour qu’il dure le plus longtemps possible, qu’il soit facile à maintenir et à réparer. Je peux le concevoir pour qu’il utilise le moins d’énergie possible. Cette vidéo TED (en anglais) propose l’excellent exemple d’une bouilloire électrique : pendant la pub d’une émission très regardée, l’Angleterre doit acheter de l’électricité nucléaire à la France car des millions de gens vont tous dans leur cuisine en même temps pour faire bouillir une bouilloire de 2 litres entière afin de faire une seule tasse de thé. Lorsqu’un produit ne peut plus être utilisé, il doit être collecté et recyclé. Se pose ici la question de l’accessibilité du recyclage mais également une autre question importante: le matériau recyclé conserve-t-il sa qualité pour être utilisé de façon semblable ? Ou est-il “décyclé” ou dévalorisé, c’est-à-dire transformé en un matériau de qualité inférieur ? (le terme décyclé ou “down-cycled” en anglais provient du livre “Cradle to cradle: Créer et recycler à l’infini” dont j’ai inclus le lien dans la description ci-dessous). Souvenez-vous, dans une économie circulaire, chaque chose est une nourriture saine pour autre chose donc rien ne va à la décharge !

Les matériels biologiques sont cultivés ou collectés, puis ils sont transformés et éventuellement transportés avant d’atteindre le consommateur. Une fois consommés, ils peuvent être utilisés pour créer du biogaz, des produits biochimiques ou être compostés. Finalement, ils peuvent retourner à la nature pour la restaurer. Une fois encore, dans une économie circulaire, rien ne va à la décharge !

Deux stratégies de transition peuvent être utiles pour créer une économie circulaire : la substitution et la dématérialisation.

La substitution consiste à utiliser des ressources différentes pour atteindre le même objectif. Par exemple, nous sommes presque à court de lithium donc, si nous ne trouvons pas de moyen de recycler plus efficacement les batteries lithium-ion, les batteries sodium-ion pourraient s’avérer une meilleure option pour les fabricants de voitures à l’avenir.

La dématérialisation consiste à utiliser une quantité plus faible d’une ressource tout en fournissant la même fonction économique à la société. Par exemple, la société Interface est le plus grand fabricant mondial de revêtements de plancher commerciaux. Mais ils ne vendent plus leurs tapis et revêtements. Leurs clients achètent le service de l’avoir sur leurs sols. Interface s’occupe de les maintenir et de les réparer et ils font cela très efficacement car ils contrôlent toute la chaîne. En utilisant des carreaux, ils se contentent de ne remplacer que ceux qui ont besoin de l’être. Les vieux carreaux retournent à l’usine pour y être recyclés et les nouveaux carreaux sont composés à 98% de matériaux recyclés ou d’origine biologique. Voilà ce que j’appelle une économie presque complètement circulaire, qu’est-ce que vous en pensez ?

Bien sûr, créer une économie circulaire n’est qu’une pièce du puzzle du développement durable et il faut prendre plein d’autre aspects en compte pour devenir 100% durable : le changement climatique, l’énergie durable, l’agriculture durable, l’aspect social du développement durable, etc.

 

Leave a Reply