Script

Planification durable en 4 étapes: ABCD: Script

Si l’on combine la rétro-planification depuis des principes de durabilité avec des méthodes classiques de planification stratégique que vous connaissez peut-être déjà, on obtient une approche simple en 4 étapes pour planifier vers des sociétés durables :

A- Avoir un langage commun : tout d’abord il faut s’assurer de tous utiliser la même définition du développement durable dans notre équipe, notre département ou notre organisation. Sommes-nous tous d’accord sur les règles du jeu pour gagner au jeu de la durabilité ? Cela peut paraître évident et pourtant ce n’est pas toujours le cas.
B- Analyser la situation actuelle : c’est là où nous en sommes aujourd’hui. Il s’agit d’effectuer un diagnostic de la situation présente. Il inclut en général une analyse d’impacts permettant d’identifier les infractions aux principes de durabilité et les principaux défis en termes de développement durable. Il peut également inclure un inventaire des atouts ainsi qu’une évaluation des relations avec les parties prenantes.
C- Créer une vision du futur souhaité : cette étape consiste à créer une vision durable et à imaginer des solutions pour relever les défis identifiés dans l’étape précédente. La vision doit être conforme aux 4 principes de durabilité mais aussi à la raison d’être et aux valeurs. La rétro-planification est très utile ici car elle permet d’éviter de ne proposer que des solutions réglant les problèmes existants aujourd’hui. En planifiant avec l’objectif en tête, on peut proposer les solutions qui créeront le futur que l’on souhaite créer.
D- Définir les priorités : il s’agit ici de choisir parmi les solutions de l’étape précédentes celles qui sont les plus stratégiques tout en gardant de la souplesse tactique. Trois questions peuvent être très utiles ici pour nous aider à définir les priorités et nous verrons cela en détails dans une prochaine vidéo.

Cette approche est très souple : elle peut s’appliquer à un produit, un département, l’entreprise toute entière ou toute une collectivité. Elle est également cyclique et il est recommandé de revisiter et d’affiner régulièrement chacune des étapes A, B, C et D.

Pour avoir appliqué cette méthode à de nombreuses reprises avec des entreprises et des municipalités, j’ai remarqué que la partie la plus importante est l’écart entre la situation actuelle et la vision du futur souhaité car c’est cela qui crée la tension créatrice. La plupart du temps, quand on sait où l’on est et où l’on veut aller, on y va directement. Créer la tension en amont génère du mouvement et de l’action en aval. C’est pour ça qu’il est important d’être rigoureux et honnête quant à notre situation actuelle et aussi ambitieux en créant notre vision. Prétendre que la situation est meilleure qu’elle n’est réellement et/ou créer une vision modeste peut sembler plus confortable mais cela a pour effet de réduire la tension créatrice et de limiter nos chances de progresser dans la bonne direction.

 

Répondre